41yXPQJLPcL

 

Résumé : 

Ce livre est un recueil de cinq nouvelles fantastiques teintées de science-fiction. Il se veut ancré dans la réalité tout en laissant une large place à l’imagination et à l’imaginaire.

Destiné à un large public, il sera certainement plus particulièrement apprécié des adolescents.

Mon avis :

1 - Il ne vous reste plus qu'à signer.

Nous découvrons ici une nouvelle sur le thème de la réincarnation. Thème intéressant qui m'a fait réfléchir et me demander quelles étaient mes croyances vis-à-vis de ce sujet.

Cette première nouvelle nous dévoile une écriture fluide et légère, telle la réaction des parents à l'annonce de cette réincarnation.

C'est la nouvelle qui m'a le moins plû, non pas par son sujet, mais par la chute qui ne m'a pas emballée.

2 - Damnation.

Très  belle nouvelle, très noire, avec une écriture fouillie qui sert le texte. Ici, nous découvrons un homme en proie à un tourment sans fin, obligé de pousser indéfiniment un chariot qui porte le poids de l'Univers.

Durant l'évasion, le bref passage au sein de l'administration organisée de l'enfer m'a fait sourire. Moi qui suis gestionnaire administrative, j'ai eu l'impression d'entendre un de mes chercheurs me raconter son tourment quand je lui parle de document et de procédures ... Interprétation très personnelle somme toute mais qui me fait encore sourire.

Et cette fin me fait penser à la phrase d'Albert Camus : "Demain nous rapproche de la mort".

3 - Rêve impromptu.

Cette nouvelle se passe loin de chez nous : un monde où les magiciens sont traqués et persécutés. On y découvre notre personnage qui est magicien et qui est d'une naïveté déconcertante.

On s'attache à cet homme, qui aimerait vivre libre et faire ce qu'il aime.

Cette nouvelle mériterait plus de pages, car elle est très intéressante.

4- Homos Sapiens Sapiens Neandertalis.

Alors là, on est complètement dans mon quotidien ! Je travaille dans un laboratoire de recherche donc cette nouvelle me parle beaucoup.

On y découvre le monde de la recherche et de la découverte scientifique, un monde où les organismes de recherche sont méfiants et où les chercheurs sont d'une naïveté et d'un idéalisme immense.

Le chercheur est rêveur et exalté, mais pas méfiant, comme nous le prouve cette nouvelle.

5 - La perte de ses souvenirs.

Un homme essoufflé, à la fin de sa vie, qui voit ses souvenirs filés dans le vent.

Une nouvelle très poétique et belle, mais qui m'a fait ressentir une certaine tristesse car j'y ai vu dans cette jolie tournure une représentation volontaire ou involontaire de la maladie d'Alzheimer.

Cette nouvelle est bien positionnée : elle est la fin.

 

Merci à Frédéric Marcou et au site SimPlement pour le SP.

Note : 16/20